mardi 23 février 2016

Extractivisme : un développement prédateur et écocidaire

23/02/2016 - http://cadtm.org/

En ce début d’année, les ravages causés par l’extractivisme font de nouveau tristement l’actualité, tant du point de vue de l’accaparement des terres qu’il implique en amont que du côté de la pollution inévitable qu’il entraîne en aval.
Ainsi, le 26 janvier 2016, le gouvernement équatorien a cédé à l’entreprise nationale chinoise Andes Petroleum 45% des terres ancestrales du peuple kichwa de Sarayaku. En échange de plusieurs millions de dollars, la Chine va donc pouvoir librement exploiter plus de 3 millions d’hectares de forêt vierge amazonienne (sur les 8 que compte le pays) – sans avoir bien évidemment obtenu le consentement libre, préalable et informé des populations locales qui résistent fortement depuis plusieurs décennies à toute exploitation pétrolière sur leur territoire dont elles entendent bien protéger l’extraordinaire biodiversité. Et ce n’est pas les dernières catastrophes écologiques qui frappent leurs voisins péruviens qui les feront changer d’avis : depuis le 25 janvier 2016, une gigantesque fuite de pétrole se déverse dans les rivières Chiriaco et Marañon en Amazonie péruvienne. Une semaine plus tard, c’est la... Lire la suite